About

Pratiques d’hospitalité is a bilingual platform devoted to critical research and political imagination, initiated and coordinated by Simone Frangi and Katia Schneller at l’École Supérieure d’Art et Design •Grenoble •Valence. Based on the interpolation of artistic, curatorial and theoretical practices, this platform employs the notion of hospitality as a critical tool for questioning, from a post-national and non-eurocentric perspective, subjectivation processes linked to territorialities and from there to rethink the role of sexuality, gender, ethnicity and class in global phenomena of power and inequality. Through the production of artistic and curatorial projects, it asserts the need of formulating a post-capitalist ethics as its epistemic horizon and attempts to produce a theoretical and political discourse suitable to the complexity of contemporary geopolitical modes of existence and of the historical conditions of the emergence of social subjectivities. In the morphology of this project, hospitality is approached as a temporary and mobile trope or as a discursive figure which helps to reformulate the notions of territoriality and locality in the age of nomadism, global circulation, flux economy, radical creolization and diasporic phenomena. The aim of the program is to differently evaluate the fiction of institutionalised borders in favour of an idea of flexible citizenship. Pratiques d’hospitalité is grounded on the analysis of the concrete and polysemic structure of hospitality dynamics, on both micropolitical and macropolitical levels. It aims to question, in a theoretical approach that associates transnationality and intersectionality, the complexification of the sense and desire of belonging to a specific territory in the age of the post-humanist crisis of the rhetoric of fixed roots and indigenous ancestry.  Revisiting some pivotal questions aligned with the sexualized body, ethnicity and class in their direct relationship with the question of territorial inscription, this program puts to the test the auto-fiction of Europe as a space of cultural homogeneity.  The notion of hospitality shows in fact that a strictly topological and static definition of the subject is impossible and that every locality renders itself in non-linear and interbred forms.

Pratiques d’hospitalité est un plateforme de recherche critique et d’imagination politique bilingue, initiée et coordonnée par Simone Frangi et Katia Schneller à l’École Supérieure d’Art et Design •Grenoble •Valence. Basé sur l’interpolation de pratiques artistiques, curatoriales et théoriques, elle aborde la notion d’hospitalité comme un outil critique permettant d’interroger à nouveaux frais, dans une perspective post-nationale et non eurocentrique, les processus de subjectivation liés à la territorialité et, à partir de là, de repenser le rôle de la sexualité, du genre, de l’ethnicité et de la classe dans les phénomènes globaux de pouvoir et d’inégalité. En prenant pour horizon épistémique l’élaboration d’une éthique post-capitaliste, « Pratiques d’hospitalité » cherche à produire une réflexion adaptée aux conditions matérielles de l’existence géopolitique contemporaine et aux conditions actuelles d’émergence historique des sujets socialement construits à travers la production de projets artistiques et curatoriaux. Dans la morphologie de cette recherche, l’hospitalité est envisagée comme un une figure discursive, qui permet de reformuler les notions de territorialité et de localité à l’époque du nomadisme, de la circulation globale et d’économie des flux, de créolisation radicale et des phénomènes diasporiques. Il s’agit ainsi de réévaluer la fiction des frontières institutionnalisées au profit d’une citoyenneté flexible. Fondée sur l’analyse de la structure concrète et polysémique des dynamiques d’hospitalité sur les plans micropolitique et macropolitique, ce programme veut questionner, dans un registre analytique associant transnationalité et intersectionnalité, la complexification du désir d’appartenance à un territoire à la lumière de la crise de la rhétorique des racines et de la provenance indigène. Revisitant ainsi les questions ayant trait au corps sexué, à l’ethnicité et à la classe, dans leur lien étroit avec le sentiment d’inscription territoriale,Pratiques d’hospitalité a pour but de mettre à l’épreuve, dans ses différentes versions, l’auto-fiction de l’Europe comme espace d’homogénéité culturelle. La notion d’hospitalité montre en effet qu’une définition exclusivement topologique et statique des sujets est impossible, chaque localité se donnant sous la forme d’une non-linéarité structurelle et d’un métissage.

Advertisements